A moins de 3 heures des grandes agglomérations du nord de la France et à proximité immédiate des grandes capitales européennes, existe un espace d’exception, une immense étendue de sable et d’eau encadrée par des marais, des cordons de galets ou des massifs dunaires préservés. Un pays où le ciel et la mer se confondent.

Un pays où la couleur change toute la journée passant du gris bleuté à l’ocre tendre puis au rose lorsque le soleil vient à décliner en fin de journée.

Ces lumières soyeuses ont inspiré bon nombre de peintres et écrivains : Delacroix, Degas, Corot mais aussi Colette, Jules Verne, Victor Hugo, Alfred Manessier et bien d’autres…

Une faune et une flore omniprésentes…

Reconnue Grand Site de France grâce à son territoire remarquable et à la qualité de ses paysages, la Baie de Somme est un des grands sites français de passage des oiseaux migrateurs.

© B.Bremer

Moutons en baie

Plans d’eau, marais, dunes et prés-salés composent ce paysage entre terre et eau. La très large ouverture vers la Manche offre, suivant les marées et les saisons, des paysages exceptionnels en perpétuel mouvement : des camaïeux de gris, beiges et blancs, des ciels immenses, des lumières opalescentes et nacrées pour une promenade enivrante et iodée. Le canard siffleur, le Tadorne de Belon, le courlis cendré, l’huîtrier pie y côtoient les phoques veaux marins et les moutons de prés salés. A marée basse, on peut avec un guide traverser ces bancs de sable dorés, creusés de mares.

Un estuaire en perpétuelle évolution

Cet estuaire de grande taille (près de 70 km2 !) offre une ouverture béante vers La Manche. Près de 6 kilomètres séparent la pointe du Hourdel au sud de la pointe de Saint-Quentin-en-Tourmont au nord.

© S.Desanlis

3 zones distinctes caractérisent cet espace d’exception :

La partie basse de l’estuaire : presque toujours recouverte d’eau.
La zone dite des « vasières » : qui est recouverte lors de chaque marée haute et qui à marée basse offre un garde-manger d’une richesse extraordinaire aux oiseaux migrateurs.
La dernière partie, située au fond de l’estuaire dite des « mollières ». Il s’agit d’un vaste plateau herbeux, formé de couches successives de sable et de vase sur lesquelles une végétation se développe très rapidement. Lors des marées d’équinoxe des mois de septembre et mars la totalité de l’estuaire se retrouve alors sous les eaux.
Le spectacle offert, est alors inoubliable !
Attention ! La baie de Somme connaît deux basses mers et deux pleines mers par jour. Environ douze heures séparent chaque basse mer. Lors de vos promenades, la mer revient très rapidement, veillez à sortir de l’estuaire trois heures avant la pleine mer !